P_20180303_151705

On ne devrait pas.

Non.

On ne devrait pas écouter les infos quand on est en vacances !

Ca brouille l'esprit, ça perturbe le moral, ça réveille des angoisses. Non. Le truc c'est de vivre en dehors de la vraie vie pendant la durée du séjour. Oublier ce qui fache. Pouvoir croire un moment que tout est autrement, ou que tout va changer, ou que tout est possible... Devant toute cette beauté, au milieu de toute cette sérénité, on pourrait facilement y croire.

Si on n'allumait pas la radio chaque matin !

Alors depuis deux jours je suis servie !

Entre les vieux refrains de Borloo qui se réveille et veut enluminer les banlieues (bien sûr vu de sa tour d'ivoire c'est facile). Il suffit de donner de l'argent. Pour ces gens là, tout se règle avec de l'argent ! Et puis il faut encourager les classes moyennes à revenir dans ces quartiers... En clair, stoppons l'ascenceur social qui a permis aux classes moyennes de fuir ces endroits pourris pour qu'elles y reviennent. Peu importe que l'on sacrifie ainsi leurs enfants, leur avenir, leur confort, leur sécurité ! Il faut la mixité sociale et culturelle ! C'est tellement simple sur le papier, hein, tellement facile quand on n'est pas obligé de manger Halal tout le temps faute de trouver de la nourriture laïque à défaut de française (zut ce gros mot vient de m'échapper). Alors donc, il s'agit d'aider, subventionner, favoriser les migrants, la racaille, les parents de délinquants, les familles nombreuses qui choississent de l'être malgré la dureté de la vie (oui aujourd'hui je le rappelle, la contraception est libre, autorisée et remboursée par la sécu, et l'on ne subit plus les grossesses !), au détriment de ces saloperies de classes moyennes qui s'en mettent plein les poches depuis des générations (en fait depuis la dernière guerre et à force de boulot, d'études, d'ambition).

Personnellement je suis dans la classe sur laquelle on tape le plus et qui est en voie de paupérisation évidente. Il est clair que si je dois m'éterniser sur cette planète je vais devoir vendre le peu que j'ai pu acquérir, à coup de privations, afin de pouvoir subventionner tout ça par mes impôts. Je suis la première génération propriétaire de ma famille, il est clair que mes enfants ne le seront pas... 

Dans les banlieues, QUI voit-on ouvrir des commerces (épiceries, boucheries, boulangeries) ? Acheter des pavillons dont les sous-sols sont sous-loués à des sans-papiers ? Devenir VTC parce qu'il y a du fric à faire et moyen de blouser l'état ? Monter des boîtes de transport à vils coûts en esclavagisant plus faible que soi mais de la communauté svp ? Avec quel argent ? Quelles subventions ? Quels avantages fiscaux ? Quelle tolérance face au non respect des lois, des normes, au non paiement des charges, des impôts ?

Oui aidons ces gens mes frères. Soyons de bons français (encore ce gros mot, scuzez moi !). N'oublions pas le siècle des lumières, pensons à Voltaire, Hugo, Jaurès qui seraient si fiers de nous quand on fait du social (même s'il est mal partagé)...

Alors je vais être franche, et qualifiée de raciste, réac, FN et cie... Mais NON. Voilà. NON. Je n'ai plus envie de payer pour ces conneries décidées par des gens qui ne comprennent rien aux problèmes des banlieues car ils n'y vivent pas, n'y travaillent pas, et croient avoir tout compris en faisant une visite protocolaire accompagnés d'une armée de vizirs obséquieux qui les accompagnent là où ils veulent les orienter à des fins électoralises.

Prenez l'argent là où il se trouve pour vos conneries. Dans la poche de vos copains M. Borloo. Mais arrêtez de taper sur la classe moyenne. C'est elle le moteur de l'économie. C'est elle qui bosse, elle qui consomme, elle qui cotise, elle qui paie ses impots, elle qui remplit ses devoirs civiques, qui respecte les lois...

Vous vous trompez doublement de cible. Les subventions et les aides ne vont qu'en faveur de ceux qui n'en ont pas besoin et profitent du système. Et là je mets sur un plan d'égalité : les riches, les patrons, et les mendiants des cités. 

Quand vous aurez eu la peau de la classe moyenne, bientôt, il ne vous restera que vos yeux pour pleurer. Je ne vous parle pas de comprendre l'origine du marasme que vous aurez déclenché, non, ça vous ne pouvez pas. Vous ne voulez pas d'ailleurs.

J'ai tellement cru en l'Europe, j'espèrais un nivellement par le haut, pas que tout le monde devienne riche et puissant, non, mais que tous les pays du monde atteignent un sympathique niveau de développement, avec l'eau courante, l'assainissement, le chauffage, les soins de santé, la nourriture, la qualité de vie, les conditions de travail... Au lieu de ça, l'Europe nous a précipités dans la course au libéralisme, le reniement des valeurs humaines et sociales, l'acharnement à favoriser les extrèmes de la société tout en diabolisant les extrèmes de la politique... 

J'ai 55 ans et je suis bien fatiguée. J'ai envie d'oublier ce monde. Souvent envie de m'endormir pour ne plus me réveiller. Je veux encore m'exprimer pour, non pas le changer, puisque l'on hurle les mêmes mises en garde depuis 40 ans et que vous et les votres n'en tenez aucun compte, non, mais parce que dénoncer, encore et toujours permet à quelques uns de trouver un peu d'espoir et de force pour continuer à se battre.

Je suis tellement désolée de laisser ce monde là à mes enfants. Je me suis débattue pour rester dans cette classe moyenne toute ma vie, car j'aurais pu, plusieurs fois basculer vers le bas. Tout ça pour finalement être en ligne de mire de tous ces gouvernements libéraux depuis 40 ans qui préfèrent tirer sur nous que mécontenter les incontrôlables que rien ne raisonne, ou leurs riches soutiens qui les tiennent par... Pfffffffff

J'ai aussi eu le plaisir d'entendre Mme Pénicaud ce matin. Je pourrais aussi vous faire un roman sur son mythe de la formation. C'est oublier que n'importe qui ne peut pas faire n'importe quel métier parce qu'il en a envie. Qu'une formation ne peut pas gommer l'absence de culture, de connaissances scolaires de base, de savoirs être, de savoirs faire, de dons même ! On ne transforme pas une femme de ménage de 50 ans en secrétaire avec une formation de 4 mois. On ne transforme pas un titulaire d'un cap de peintre en bâtiment en informaticien avec une formation de 8 mois. D'ailleurs les patrons le savent. Ils n'embauchent pas les sortants de formation... Mais là aussi, le ministre pense qu'il suffit de FINANCER... Oui, pour les riches l'argent peut tout, et l'on doit tout à l'argent.

Les gens comme moi, comme vous, nous savons que : "l'argent ne fait pas le bonheur", "L'esprit, c'est comme l'argent : on en a en général aux dépens d'autrui", "Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène", "Ceux qui manquent d'argent quand ils viennent en emprunter, en manqueront quand il faudra rembourser"...

Je retourne à mes balades entre ciel et mer. Et je merde ceux qui me plument... 

31369215_1862164040525492_8128285088682082304_n