2013-05-07 18

En haut, ils ont des beaux bureaux. Avec des portes qui se ferment, des ordinateurs qui marchent, des fauteuils confortables. En haut, ils sont payés 4 fois comme moi,  juste pour avoir des idées. On les appelle Chefs de projets, responsables de projets...

Alors, ils ont des idées. Ils sont un peu obligés, hein. Ils faut qu'ils en aient tout le temps de nouvelles. Ils se lèvent le matin avec une nouvelle idée, qui vient remplacer celle qu'ils avaient eu la semaine dernière. Enfin, leurs idées à eux ça devient des projets. Ils rédigent UNE IDÉE et ça devient un dossier de 40 pages avec des process informatiques et autres. 

Et ça nous tombe dessus tout en bas, après avoir été validé par plein de grosses huiles bien payées qui doivent justifier leurs salaires et qui s'autocongratulent entre eux, très fiers de leurs idées.

Sauf qu'aucun d'eux n'a jamais été sur le terrain. Sauf qu'ils habitent tous des endroits où ils ne croisent pas les gens sur lesquels ils bâtissent de magnifiques théories, et pour lesquels ils ficellent de formidables projets. Du coup, tout ça est irréalisable ! 

Il ne suffit pas d'une formation de trois mois pour transformer un maçon de 50 ans usé, en informaticien, ou une jeune fille narcissique et insouciante en auxiliaire de vie efficace et attentive.... Il ne suffit pas d'une formation pour faire d'un jeune sans aucun diplôme un ouvrier ponctuel et rigoureux... Il ne suffit pas d'un coup de baguette magique pour changer le monde ! 

Mais c'est obligé. On doit le mettre en oeuvre. Et ça ne marche pas. Personne n'est satisfait. Nous on sait qu'on fait de la merde. Les clients ne sont pas contents. Les projets se succèdent au point où plus personne ne sait sur quel projet on est, ce qu'il faut faire, ce qu'il faut dire. On est épuisés, inefficaces, désorientés, découragés. Ce ne sont qu'ordres, contre ordres, organisations nouvelles, remises en cause incessantes, adaptations... Au point de ne plus rien comprendre, de ne plus rien savoir. De semaines en semaines, ça change... 

Je suis moralement et physiquement à bout. Je n'y crois plus. C'est juste le truc en trop. L'évolution que j'ai du mal à accepter. Du coup mon corps se venge pour signifier sa révolte. Tout le haut de mon corps est coincé, du bas des omoplates aux mâchoires. J'ai mal. Je me sens engourdie et j'ai mal à la tête. Loin de s'estomper cela s'aggrave. Je dors mal. Je rêve de mon travail. 

Quand j'en discute tout le monde est dans la même souffrance, mais toujours la même réponse :  "c'est comme ça, on ne peut rien faire, on est là pour fonctionner, il faut voir le verre à moitié  plein, si on nous l'impose c'est que c'est forcément bien..."

Je ne sais pas ce qui me pèse le plus. Le système ou l'inertie.

Les élections... Peut être vont elles apporter un changement général. M'est avis que ce ne sera pas mieux pour nous. Mais bien sur, je ne suis qu'un oiseau défaitiste, négatif et de mauvaise augure. 

J'espère que ce n'est que ça. Mais croyez moi, on a mangé notre pain blanc, j'espère que vous aimerez le noir qui nous attend .

Source: Flickr