droit des femmes

C'est la journée de la femme.

Notre maire a confondu avec la fête des mères  ou des grands-mères, et était ce matin à la gare pour nous distribuer des fleurs que l'on a payé avec nos impôts... Comment lui dire qu'on en a rien à faire de ses fleurs, qu'on préfére se les payer nous mêmes, que les taxes locales à Conflans sont si chères qu'elles vont bientôt me contraindre à revendre ma chère maison pour finir mes jours  je ne sais où d'ailleurs. Car à Kerity les taxes sont également prohibitives. Peut être que ma Vienne familiale est un peu moins onéreuse... Encore que, il faut sans doute subventionner le Futuroscope.

Comme c'est la journée du droit des femmes je voulais vous parler du statut de la femme du directeur d'école.

Oui, vous voyez l'école où chaque jour vous déposez vos bambins. Il y a probablement un directeur (ou une directrice, mais ce n'est pas le cas qui nous occupe aujourd'hui). Ce directeur est seul pour assurer tout le fonctionnement administratif de l'école, tandis que dans un collège il y a tout un staff. Il s'agit parfois d'une très grosse structure. Celle de mon époux compte 400 élèves et 20 enseignants.400 élèves ça fait 800 parents... Nombre de familles décomposées (donc doubles envois d'un tas de choses)...  Alors, vous n'imaginez même pas le boulot qu'il y a derrière lorsque vous recevez dans le cahier de correspondance une petite feuille bien tapée, bien coupée avec une jolie information essentielle. Vous ne soupçonnez pas l'intendance, les heures de travail pour une classe de découverte, ou une sortie au théatre, la comptabilité de la coopérative, la rédaction et la mise en page du conseil d'école, les convocations diverses et variées, les  nombreuses équipes éducatives et leurs comptes rendus, les tableaux, les statistiques, les commandes, les règlements, les recommandations, les poux qui arrivent,  les APC, le périscolaire, les aides, les avertissements, les rendez vous exigés pour tout et n'importe quoi..............

Un seul homme n'y suffit pas bien sûr. Et une journée de 8 heures non plus.

Et comme dans l'ombre de tout grand homme, il y a une femme qui sommeille, ou plutôt qui oeuvre. Vous voyez ? Comme Pénélope Fillon mais sans les 3500 euros de rémunération mensuelle... Parce que mon mari, il n'a pas d'enveloppe à sa disposition pour ses petits arrangements.

Par contre, il a une petite femme qui tape bien à la machine, qui maitrise bien Word, et qui n'hésite pas à passer ses soirées à coller des étiquettes et tamponner des enveloppes, à taper des rapports et des projets d'école, à aller à l'école faire des centaines de photocopies qu'il faut trier par classe, à accompagner la classe qui part à Verdun, à aider pour les bulletins, les tableaux, les rangements de fin d'année et de début d'année (hors de question de rentrer de vacances au-delà du 20 août, on est déjà sur le pont), à donner un coup de main pour la kermesse, le loto.... Bref qui partage le trop plein de travail avec son époux, pas pour 3500 euros mais par amour et par solidarité, parce que l'éduc nat ne fonctionnerait plus depuis longtemps sans toutes ces bonnes volontés BENEVOLES...

Le JT de la deux nous a vanté il y a quelques jours, les bienfaits de travailler en famille. Histoire de nous faire avaler l'histoire de Pénélope un peu plus facilement. Ben oui, j'aime bien travailler avec mon mari, on fonctionne bien ensemble, on se comprend, on se complète. Sauf que le temps de travail que l'on passe ensemble, il n'est rémunéré ni pour lui, ni pour moi. Tout ce temps de travail est bénévole, vient en plus de ses heures de travail prévues par son contrat de travail, et en plus de mon propre emploi. Pourquoi pas un statut de la femme (ou du mari) du directeur ? Un petit complément de salaire prévu ? Puisque depuis qu'ils sont prof des écoles ils ont perdu le droit au logement de fonction... C'est vraiment dommage ça, non que je rêve d'habiter l'horrible quartier prioritaire où il bosse, mais être sur place aurait pu nous rendre taillable et corvéable encore plus ! Faudrait peut être que le prochain ministre y pense... Logez les enseignants sur leur lieu de travail et ils pourront faire du 24/24 ! Voilà une idée qu'elle est bonne !

Sinon, journée de la femme oblige, j'ai encore un coup de gueule. Ce matin je suis allée faire mon bilan de santé à Paris. Il fallait remplir un questionnaire. Lequel demandait : Nom......... puis Nom de jeune fille.... Personnellement j'ai toujours considéré n'avoir qu'un nom, comme tout le monde, hein, comme les hommes. J'ai le nom que l'on m'a donné à ma naissance. A la limite, je pourrais avoir un nom d'usage, si porter le nom de mon époux m'avait amusée, ou bien si nous avions décidé l'un ET l'autre d'accoler nos deux noms de naissance pour n'en faire qu'un. Il faudrait en finir avec cette histoire de NOM DE JEUNE FILLE ! Bordel Du coup à chaque fois on me demande d'un air étonné et compassé : Vous n'êtes pas mariée ?? Comme si c'était une fin en soi, une obligation, d'être marié et d'avoir un autre nom que son nom de naissance !!!

Bref, journée des DROITS DE LA FEMME  tu as encore de beaux jours devant toi. Surtout que les femmes, elles ne se battent pas beaucoup pour leurs droits. Leur idéal c'est de se faire belle pour leur homme, de faire plaisir à leur homme, et d'être parfaite comme leur a dit leur magazine à 3 sous... Leurs droits elles s'en tapent.... Se faire respecter aussi... Je parie que d'ici 10 ans elles seront toutes voilées car on leur aura dit que c'est la mode....

Liberté j'écris ton nom.....